Contexte de l’exposition

Donner la parole aux civils syriens

En janvier 2017, le photographe français Philippe de Poulpiquet a accompagné les équipes de Handicap International en Jordanie et au Liban. Chaque jour, elles se rendent auprès de réfugiés syriens, dont de très nombreuses victimes de bombardements.

Cette exposition réalisée avec le soutien de ECHO (le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile), donne la parole à ces civils qui ont vu leur existences basculer en quelques instants. Leurs histoires sont le reflet tragique de ces centaines de milliers de vies frappées depuis le début de la guerre, en 2011.

Armes explosives en zones peuplées

L’utilisation d’armes explosives en zones peuplées est une pratique effroyable, courante dans les conflits actuels, et particulièrement en Syrie. Les victimes de cette pratique barbare sont à 90 % des civils.

Dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques. En Syrie, cet usage provoque le déplacement forcé des populations, détruit des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux.

Lors d’une attaque, un pourcentage variable de ces armes n’explose pas à l’impact, générant une menace permanente pour les populations civiles, même après les combats. La présence de restes explosifs de guerre rend périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée.

La démarche du photographe

Afin de réaliser les portraits de cette exposition, Philippe de Poulpiquet a eu recours à la technique de la chambre photographique. Ce procédé, inventé au XIXème siècle, nécessite un matériel spécifique directement inspiré de l’époque, ainsi qu’une manipulation minutieuse. Par ce mode de photographie noble, inscrit dans la lenteur, Philippe de Poulpiquet cherche à rendre toute leur dignité aux personnes qu’il immortalise.

Philippe de Poulpiquet, photojournaliste depuis 1997, est actuellement grand reporter pour le quotidien français Le Parisien/Aujourd’hui en France. Au cours des quinze dernières années, il a couvert les principaux conflits en Afrique et au Moyen-Orient.

Handicap International auprès des victimes du conflit syrien

Depuis 2012, Handicap International agit auprès des victimes du conflit syrien, et notamment des victimes de bombes. Avec le soutien de ECHO, l’association mobilise actuellement plus de 500 professionnels au Liban, en Jordanie et en Syrie pour venir en aide aux plus vulnérables dont des blessés, des personnes handicapées, des personnes âgées ou isolées. Ses équipes interviennent aussi au bénéfice des déplacés internes et des réfugiés, qu’ils soient regroupés dans les camps ou bien accueillis dans les communautés. Elle mène des actions de rééducation et d’appareillage, de soutien psychologique, d’accès des plus vulnérables aux services d’aide humanitaire, de sensibilisation aux restes explosifs de guerre, de déminage et des distributions de kits d’urgence.